Julie
Stanton

Notice biographique


Poète et romancière, Julie Stanton obtient un baccalauréat ès arts puis un baccalauréat en communication de l'Université Laval. Elle devient journaliste indépendante et collabore durant les années quatre-vingt aux pages culturelles du Devoir. Elle a régulièrement signé, dans plusieurs magazines québécois, des articles et des reportages qui lui ont valu le Prix du magazine canadien (1981) et le Grand prix du magazine québécois (1992, 1994 et 1995). Comme écrivaine, elle a fait paraître des textes dans diverses revues littéraires du Québec et d'outre-frontières, notamment dans Arcade au Québec, et dans Cahiers Bleus, le Temps parallèle, Lieux D'Être et Midi en Europe. Elle a également participé à plusieurs manifestations littéraires et à des lectures publiques dont la Rencontre internationale de poésie féminine contemporaine de langue française, tenue au Centre Wallonie-Bruxelles, à Paris, en juin 1997 et en juin 1999, sous l'égide de l'association Les Messagères du poème. En mars 2005, elle a effectué une tournée littéraire à Santiago, au Chili, à la suite d'invitations transmises par les responsables du département de Littérature de la Faculté de Philosophie et Sciences Humaines de l'Université du Chili, de la Société des écrivains du Chili et de la Fondation Pablo Neruda. Requiem pour rêves assassinés Hommage à Pablo Neruda a été lancé à la Chascona, l'une des maisons-musées de Neruda. En novembre 2005, Requiem était finaliste au prix de poésie Alain-Grandbois décerné par l'Académie des lettres du Québec. En 2011, elle reçoit, pour Les Carnets de L'Isle-aux-Grues, le Prix du Patrimoine des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, pour la MRC de Montmagny dans la catégorie interprétation et diffusion.